bandeau
blason

Les nominés de l'édition 2017 du prix de la Genferei

Un troisième NON pour les TPG

Affiche Non TPGIl y a des fois, on a beau s'y reprendre à plusieurs fois, quand ça veut pas, ben ça veut pas. Les tarifs des TPG ne vont pas augmenter. Après une campagne à rebondissement avec un PS qui retourne sa veste et des alliances improbables, un lendemain de votation tout aussi rocambolesque avec un Conseil d'Etat qui se met en mode "je boude" et dit que puisque c'est comme ça, on va vous enlever des trams. Sans oublier les coups-bas envers les journalistes un peu critiques sur la situation. Dans cette ambiance de fête, on ne peut que se réjouire de la venue du Léman Express, de ses voyageurs et ... des quelques millions qu'il faudra trouver pour le financer.

Défendu par :

Budget de la ville, mon amour

budgetIl ne peut pas se passer une année sans que le budget fasse parler de lui, ça fait partie de ces marronniers qui reviennent inlassablement à la même date, mais dont on ne se lasse pas. Cette année il a fallu attendre fin avril pour que la "droite élargie" parvienne à faire passer le budget. Mais la gauche ne l'entend pas de cette oreille et pourrait demander l'arbitrage de la population.

Défendu par :

Patinage pas très artistique

patinsOn range les patins, la nouvelle école de patinage ne verra pas le jour. Une directrice avait été nommée, la française Vanessa Gusmeroli. Un choix qui a fait polémique et il a fallu renoncer. Elle a demandé 200'000 de domages et intérêts, mais n'en touchera que 40. Aurait-on pu éviter tout celà ? N'avons-nous pas un patineur suisse qui aurait pu prendre la tête d'une telle école, avec des titres olympiques et tout et tout ? Qui ça ? Stéphane Lambiel ??

Défendu par :

La fête à la grimace

Affiche Geneva Lake Festival 2016Cette série nous a réjoui tout au long de l'année et a été reconduite pour une nouvelle saison. Les fêtes de Genève, que l'on appelle désormais Genveva Lake Festival, nous ont ébloui par ses rebondissements dignes d'une TV Novelas.
Petit résumé des épisodes précédents : on nomme un nouveau directeur, on change de nom, on réduit le nombre de jours, on redispose les lieux, on met au concours des emplacements pour des stands moins saucisses-frites, on engage des français pour faire les feux, on ferme le pont du Mont-Blanc, les feux font beaucoup de fumée et sont payants, on fait un déficit de 3,2 milions de francs, les forains sont pas contents, les riverains sont pas contents, les politiques sont pas contents, le nouveau directeur s'en va, un membre du conseil pour 2017 démission car il n'aime pas la manière dont ça se profile pour cet été.
Avec un tel cliffhanger, on ne peut qu'attendre impatiemment la suite !

Défendu par :

Plainpalais a mal à ses arbres

arbre abattu Plainpalais34 arbres à abattre car ils présentent un risque pour la population et une votation du 27 novembre. Un magistrat et un architècte qui aident des marchands à récolter des signatures pour une pétition. On s'interroge : est-ce juste que des personnes impliquées dans un projet aident à la récolte de signature ? est-ce que le projet à encore lieu d'être une fois les arbres abattus ? ne devrait-on pas attendre que le projet soit accepté avant d'abattre ces arbres ? Bref, beaucoup d'encre là autour.
Et pendant ce temps, le long de la route des Jeunes, à proximité de la Praille, 14 peupliers noirs étaient abattus dans l'indifférence totale.

Défendu par : Ghufran Bron

 

© Copyright Genferei.org pour tous les textes et les photos